jeudi 27 février 2014

Cyberstratégie Est Ouest recommande Attention : cyber ! et cybertactique

Blogue passablement ralenti ces dernières semaines, mais pas en abandon pour autant. Du travail d'analyse, des conférences et beaucoup d'écriture m'ont tenu éloigné de celui-ci.
Cependant, cette activité prépare des annonces imminentes que je divulguerai courant de semaine prochaine à la fois sur le monde du cyberespace et sur la géopolitique.

En attendant, permettez-moi de vous recommander chaleureusement deux ouvrages pour toute personne intéressée par les questions liées au cyber.

Le premier est Attention : Cyber! Vers le combat cyber-électronique, paru chez Economica par les auteurs Aymeric Bonnemaison et Stéphane Dossé que les lecteurs d'Alliance GéoStratégique connaissent fort bien.
Lire la suite

mardi 18 février 2014

Attention : cyber ! dans la Voix du nord

Olivier Berger, traite d'Attention : cyber ! dans son blog Défense globale. 

Aymeric Bonnemaison, spécialiste des conflits asymétriques, et Stéphane Dossé, expert de la stratégie, notamment dans le cyberespace, viennent de sortir Attention : cyber ! (éditions Economica, 27 €), intéressant espace de réflexion qui permet de tracer les contours encore neufs du combat cyber-électronique. Avec une idée-maîtresse, en finir avec les poncifs qui entourent ce théâtre d'opérations supplémentaire et presque comme les autres... Cette nouvelle dimension qui " ne permet pas à elle seule de gagner la guerre mais perdre dans le cyber, c'est perdre tout court ". Lire la suite.

www.telegeography.com/

jeudi 13 février 2014

Extrait sur l'utilisation stratégique des cables télégraphiques

En 1898, le Royaume-Uni prenait pleinement conscience de la vulnérabilité du réseau reliant l’empire. En effet, toutes les stations terrestres n’étaient pas installées en territoire britannique ce qui le rendait vulnérable en cas de guerre. En 1886, ce pays avait estimé que la redondance des câbles le protégeait. C’est dans un contexte d’isolement diplomatique que la guerre des Boers débute en 1899. Deux lignes reliaient l’Afrique du sud à la Grande Bretagne, par l’ouest de l’Afrique et par l’est du continent. Le 14 octobre, deux jours après le début de la guerre, le War office censure les communications sur ces deux liens et interdit les communications chiffrées, hormis celles des gouvernements étrangers avec leurs consulats. Cette exception est elle-même annulée dès le 17 novembre.

[...]
La guerre des Boers montre que la Grande Bretagne maîtrise les communications stratégiques mondiales au début du XXème siècle (en 1892, son réseau fait le double du reste du monde). Aujourd’hui, cette domination est celle des Etats-Unis. La contestation des grandes puissances de l’époque n’avait pas tardé. Elle peut être comparée à celle de la Chine actuelle face à l’Amérique.
[...]
Malgré une maîtrise technologique certaine et des points d’appui coloniaux, la France ne perçoit pas l’enjeu stratégique que représentent les liaisons stratégiques en ce début du XXème siècle.
[...]
Après Fachoda, la France réagit. Le parlement entre 1901 et 1904 vote les lois et les crédits permettant d’étendre le réseau. Elle se lance dans l’achat de câbles, non rentables pour la plupart, lui permettant de relier ses colonies sur tous les continents et ses principaux partenaires commerciaux hors d’Europe. 

samedi 8 février 2014

French Cyber Defence Pact : 50 measures for a change of scale

6 axis for the new plan of Ministry of Defense for cyberdefence :

  1. Reinforce the security level of the information systems as well as the defence and intervention assets of the Ministry and its major trusted partners.
  2. Prepare the future through an intensification of the research efforts in the technical, academic and operational domains, while supporting our industrial basis.
  3. Reinforce the manpower dedicated to cyberdefence and developing the associated career paths.
  4. Develop the cyber defence centre in Brittany for the Ministry of Defence and the national cyber defence community.
  5. Keep up a network of foreign partners, in Europe, within the Atlantic Alliance or in areas of strategic interest.
  6. Promote the emergence of a national cyber defence community, relying on group of partners and on the reserve’s networks.
Forbes

Read the pact (french)

vendredi 7 février 2014

Attention: cyber ! cité dans Le Monde

[...] Le côté « mobilisation générale » de ces annonces n'est pas surprenant. « Il apparaît nécessaire pour les Etats de “planter le drapeau” dans les espaces qu'ils occupent pour exercer toutes leurs fonctions régaliennes, de coloniser les espaces vierges, et de se préparer à affronter des adversaires pour défendre ces espaces », expliquent Aymeric Bonnemaison et Stéphane Dossé. Ces deux officiers d'état-major viennent de publier un ouvrage sur les nouveaux combats cyberélectroniques.
Dans ce domaine, les Etats-Unis sont aujourd'hui hégémoniques [...]

DoD

Où trouver le livre ?

lundi 3 février 2014

Lecture par Zone d'Intérêt

Les armées sont aussi des acteurs du cyberespace et cela ne date pas de l'avènement d'internet, comme le rappellent dès l'introduction Aymeric Bonnemaison et Stéphane Dossé. La première partie de l'ouvrage est consacrée à une rétrospective historique complète, pour retracer le lien étroit entre forces armées, agences de renseignement et exploitation du cyberespace. Elle offre des rappels intéressants pour mieux comprendre la structuration des unités chargées de mener des opérations dans le domaine cyber. On observe des choix organisationnels qui varient selon les pays, en décomposant parfois des capacités et des champs d'action entre transmetteurs, services de renseignement, unités de guerre électroniques et experts en sécurité des systèmes d'information. Lire la suite.

Merci à Zone d'intérêt pour cette recension.

samedi 1 février 2014

La coopération UK-USA (extrait)

Extrait du TITRE 1. Le cyber-électronique : 150 ans au cœur des opérations, Chapitre 3. Vers une nouvelle dimension du combat cyber-électronique
Interior of Field Station Kagnew in Asmara...  (US Army)

[...] Durant la guerre froide, le renseignement d’origine électromagnétique se développe en raison de l’amélioration des technologies et de la confrontation entre les deux blocs. L’accord BRUSA du 17 mai 1943 est la base du réseau de coopération UKUSA. Il prévoyait que les États-Unis seraient en pointe pour les interceptions militaires et aériennes des Japonais et que le Royaume-Uni assurait la même fonction face aux Allemands et aux Italiens . Cet accord d’échange de procédés et de renseignement ne concerne pas les neutres et les interceptions non militaires. Il limite aussi le nombre de personnes éligibles à la lecture de ce type de renseignement. L’accord du 1er novembre 1945 étend les cibles potentielles à l’ensemble des communications étrangères, c’est-à-dire le reste du monde y compris les dominions. Il fixe les conditions d’éventuelles coopérations SIGINT avec des tiers. 
[...]
Dans l’accord UKUSA du 5 mars 1946, la coopération couvre à la fois le COMINT et l’ELINT . L’accord exclut spécifiquement comme cible potentielle les deux signataires et l’ensemble du Commonwealth. Il précise l’intégration des services américains et britanniques en cas de guerre. L’appendice J fixe le rôle particulier des services équivalents du Commonwealth. Le Canada, l’Australie et la Nouvelle-Zélande obtiennent donc un statut privilégié qui perdurera. 
[...]